real estate menu left
real estate menu right
real estate company logo

Actualités nationales

Accueil Billet d'humeur Libres Propos Conseil du 26 février 2013
PDF Imprimer

Vu des rangs du public…

Echos du conseil municipal

Séance du 26 février 2013

Le maire de Gif bat un nouveau record

Notre maire a fréquemment l’habitude de  sortir du chapeau à l’ouverture de la séance du conseil une délibération non inscrite à l’ordre du jour. Il a fait cette fois-ci beaucoup plus fort puisqu’il a fallu attendre 23 heures pour voir arriver une délibération sur la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires alors que seule une information sur le sujet figurait en 20° point de l’ordre du jour. A quand la délibération proposée après la fin du conseil ?

 

Un peu d’histoire

En 2008, et donc sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, un ministre de l’Education nationale mal inspiré nommé Xavier Darcos avait ramené la semaine scolaire de 4 jours et demi à 4 jours pour les écoles maternelles et élémentaires. Devant les dégâts causés par cette mesure, le programme de François Hollande prévoyait un retour à 4,5 jours.

Un décret de janvier 2013 organise donc ce retour aux sources en fixant comme objectif la rentrée 2013, avec une dérogation possible pour reporter à la rentrée 2014 si les communes estiment que ce délai est souhaitable, voire nécessaire, pour en optimiser la mise en œuvre, particulièrement pour l’organisation du temps libéré et la mise en place d’activités périscolaires par les municipalités.

La position de la municipalité en ce qui concerne la date de mise en œuvre

Avant la moindre concertation, le maire envoyait le  8 février aux parents des enfants concernés une lettre dans laquelle il écrivait : « La municipalité a toujours mis l’intérêt de l’enfant au cœur de ses projets éducatifs en respectant les textes en vigueur. Dans le même esprit, cette réforme entrera donc en application, conformément au décret, dès la rentrée de septembre 2013 ». (*)

Position confirmée dans Gif Infos de mars dans lequel on trouve :

-          à la page 7, sous le titre « Réforme des rythmes scolaires : la ville engage la concertation » l’affirmation suivante : « La ville de Gif a décidé d’appliquer la réforme des rythmes scolaires à partir de septembre 2012 ».

-          à la page 23, dans la tribune du groupe UMP : « C’est dans cet esprit que cette réforme s’appliquera à Gif conformément au décret, à savoir à la rentrée 2013 ».

(*) En gras dans la lettre du maire

La « concertation » organisée par la municipalité

Des réunions se sont bien tenues au cours du mois de février, mais comme à l’accoutumée en séparant soigneusement les interlocuteurs : enseignants, parents d’élèves, animateurs périscolaires, associations de façon à empêcher les rapprochements de points de vue. Une seule réunion globale la veille du conseil (dont ont été exclus les conseillers municipaux membres de la commission scolaire !) et qui a fait apparaître qu’une grande majorité des acteurs jugeaient que le délai était trop court pour une mise en application sérieuse en septembre 2013 et se prononçaient pour un report à 2014.

Marche arrière toute !

D’où un retournement brutal de la municipalité et cette délibération improvisée demandant au Directeur Académique des Services de l’Education en Essonne un report à la rentrée 2014, délibération votée à l’unanimité du conseil municipal, après un débat animé devant un public pour une fois nombreux. C’est vraiment le double salto arrière avec vrille et on pourrait être tenté de s’exclamer « Chapeau l’artiste ! » …. si la réception n’avait été pitoyable.

Le maire, qui jusqu’à la veille avait juré que la mairie était en mesure de parfaitement faire les choses avant septembre 2013, s’est en effet longuement et pesamment attardé sur le thème qu’il allait être très difficile de mettre la réforme en application en 2014, compte tenu des louvoiements ( ?) du ministre ! Il est sûr que Xavier Darcos n’avait pas tergiversé pour décider de réduire la semaine à 4 jours et on ne se souvient pas que la municipalité qui « a toujours mis l’intérêt de l’enfant au cœur de ses projets éducatifs » ait élevé à l’époque la moindre réserve ou protestation.

Gageons que l’ensemble des parties prenantes seront être aussi efficaces pour imposer que le travail en commun s’engage sans délai sur la meilleure façon de réussir la réforme qu’elles l’on été pour obtenir un délai suffisant de réflexion et de maturation.

 

Search

Contact

Agenda

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui496

Aujourd'hui: 27 Mai, 2017
Visitors Counter



Animé par Joomla!. Designed by: Joomla 1.5 Template, what is a database storage. Valid XHTML and CSS.